Vous êtes ici

Deux entreprises wallonnes dans un projet européen R&I

Batteries
Batteries (c) Pixabay.

La Commission européenne autorise une aide publique de 2,9 milliards d'euros accordée par douze États membres pour un deuxième projet paneuropéen de recherche et d'innovation portant sur l'ensemble de la chaîne de valeur des batteries. Les deux entreprises belges HYDROMETAL et PRAYON impliquées dans le projet sont toutes deux wallonnes.

La Commission a autorisé ce 26 janvier, en vertu des règles de l'UE en matière d'aides d'État, un deuxième projet important d'intérêt européen commun ("PIIEC") visant à soutenir la recherche et l'innovation dans la chaîne de valeur des batteries. Ce projet vient compléter le premier PIIEC relatif à la chaîne de valeur des batteries, que la Commission a autorisé en décembre 2019.

Les batteries sont considérées par la Commission comme une chaîne de valeur stratégique, dans laquelle l'UE doit dynamiser l'investissement et l'innovation dans le cadre d'une stratégie de politique industrielle renforcée visant à constituer une base industrielle intégrée, durable et compétitive à l'échelle mondiale. La Commission a lancé l'initiative "European Battery Alliance" avec les États membres intéressés et les acteurs industriels à la fin 2017 et a adopté un plan d'action stratégique pour les batteries en mai 2018.  

Alors qu'il y a seulement trois ans, l'industrie des batteries de l'UE ne se distinguait guère, l'Europe devient donc à présent un pôle mondial pour les batteries.

Elaboré et notifié conjointement par l'Allemagne, l'Autriche, la Belgique, la Croatie, l'Espagne, la Finlande, la France, la Grèce, l'Italie, la Pologne, la Slovaquie et la Suède, le projet "European Battery Innovation" (EuBatIn),  renforcera également l'autonomie stratégique de l'UE dans un secteur qui est vital pour la transition verte et la résilience à long terme de l'Europe

 Les douze États membres partenaires fourniront jusqu'à 2,9 milliards d'euros de financement au cours des prochaines années. Ces aides publiques devraient permettre de mobiliser 9 milliards d'euros supplémentaires en investissements privés et donc de lever jusqu’à 12 milliards d’euros d’investissements pour le développement et l’innovation dans le domaine des batteries durables.

Deux entreprises belges figurent parmi les 42 participants impliqués dans le projet, toutes les deux sont wallonnes. Il s’agit de : HYDROMETAL et PRAYON.

Le projet couvrira l'ensemble de la chaîne de valeur des batteries : depuis les matières premières jusqu’au recyclage, en passant par la conception et la fabrication des cellules et systèmes de batteries, en mettant fortement l'accent sur la durabilité. Il contribuera au développement de toute une série d'innovations technologiques, y compris des formulations chimiques différentes pour les batteries et des processus de production nouveaux, ainsi que d'autres innovations dans la chaîne de valeur des batteries, au-delà de ce qui aura été obtenu grâce au premier PIIEC sur les batteries.

Parmi les 42 participants directs à EuBtIn, figureront des petites et moyennes entreprises (PME) et des jeunes pousses, exerçant des activités dans un ou plusieurs États membres. Les participants directs collaboreront étroitement les uns avec les autres, dans le cadre des près de 300 collaborations prévues, ainsi qu'avec plus de 150 partenaires externes, comme des universités, des organismes publics de recherche et des PME de toute l'Europe. L'ensemble du projet devrait être achevé d'ici à 2028 (avec des calendriers différents selon chaque sous-projet).

Plus de détails: Aides d'État: la Commission autorise une aide publique de 2,9 milliards d'euros accordée par douze (europa.eu)

Articles liés