La Wallonie et le Pérou01/09/2015

C'est un Wallon appelé François Watteau qui fut celui qui créa la première banque privée au Pérou. D'autres Wallons, parmi lesquels Jules Gaudron, apportèrent, dans ce pays, les connaissances acquise à Gembloux et créèrent l'Université Agraire de Lima.

La Princesse belge Arnoldine Caroline de Looz-Corswarem épousa José de la Riva Agüero qui fut le premier Président du Pérou.

Les liens entre la Belgique de façon générale, la Wallonie en particulier avec le Pérou sont donc importants mais pourraient l'être davantage. Ils méritent d'être renforcés plus que jamais.

La Coopération Technique Belge célèbre cette année 50 ans au Pérou.  Mais, la sortie du pays des pays pauvres avec plus d'une décade de croissance entre 5 à 6% l'an, nonobstant un ralentissement à environ 2, 4 à 3% cette année (évaluation FMI et Gouvernement du Pérou), signe aussi la fin programmée de cette coopération au développement dans les prochaines années. C’est donc sa remarquable santé économique, qui va conduire à la fermeture de la Coopération Technique telle que connue jusqu’à présent, même si bien entendu, les relations se maintiendront à bon niveau entre nos pays.

Certains pourraient relever le ralentissement mentionné comme obstacle potentiel.

En fait, c'est surtout ce ralentissement qui devrait, paradoxalement, éveiller l’intérêt des investisseurs étrangers pour le pays et inciter les autorités locales à ouvrir plus encore les portes du pays et donc à plus de flexibilité et collaboration pour les nouveaux investissements et/ou relations bilatérales avec notre pays et les extraordinaires potentiels de la Belgique et de la  Wallonie. 

Sachant que les droits des étrangers sont très proches de ceux des locaux et qu’il n’y a aucune obligation de s’associer avec des ressortissants du pays et que les investisseurs étrangers peuvent donc contrôler 100% de leur capital, actionnariat si souhaité.

La Flandre ne s'y est pas trompée et entend nommer nouvellement, dans les plus brefs délais, un attaché commercial basé dans la capitale péruvienne. La Wallonie se doit donc d’être bien présente au Pérou.

Fin 2014, il y eut au Pérou une des plus importantes missions commerciales et multisectorielles dans ce pays. Elle fut conduite par Son Altesse Royale la Princesse Astrid en représentation de Sa Majesté le Roi Philippe, accompagnée de Ministres d’Etat, de représentants des agences commerciales, d’entreprises et d’universités. Et en août 2015, un nouveau passage de Son Excellence M. Didier Reynders qui rencontra une de fois de plus le Président de la République du Pérou et des Belges  représentants notre communauté, fit suite à la mission.

Il est vrai qu'il faut de la patience, mais surtout des aides pour décoder les arcanes locales, ses lois, ses règles, et les fonctionnements au quotidien.

La vie peut y être vraiment très agréable, (j’y vis depuis plus de 20 ans).

Le pays se caractérise par une grande diversité rassemblant de nombreux attraits :

  • des paysages somptueux,
  • un patrimoine archéologique accessible qui est le plus important de toute l’Amérique du Sud,
  • bel artisanat et productions folkloriques et artistiques,
  • une gastronomie extraordinaire qui se révèle dans sa plus grande palette à Lima avec les aliments ou nutriments miracles  (Quinua, Kiwicha, Maca, yacon, etc). ainsi que ses boissons sachant que toute la côte ou presque est vinicole et viticole,
  • un sous-sol très riche (or, argent, cuivre, phosphates, gaz etc), et de grands besoins.

Même si on y trouve désormais beaucoup plus de produits et de services, qui plus est de bien meilleure qualité, depuis ces vingt dernière années, il y a encore de la place pour de nombreuses choses qui éveillent l’intérêt local, même dans la vie quotidienne qu’il s’agisse de ce qui touche à l’alimentation et aux boissons, les bières belges y sont désormais célèbres dans la capitales et petit à petit dans les autres villes du pays ainsi que les frites, puis chocolat et autres gâteries chocolatées, de ce qui touche à la haute technologieet autres secteurs.

Ceci dit il y manque pas mal de spécialités wallonnes traditionnelles mais aussi des développements des entreprises, chercheurs et startups de Wallonie, les savoir-faire et avancées wallonnes dans divers domaines.

Les Belges ayant réputation de rigueur, mais d’adaptation aisée, sympathie, bonhomie, qualification et des qualités donc tant relationnelles que professionnelles, c’est une voie royale qui pourrait s’ouvrir à eux pour autant qu’ils s’adjoignent les services d’autres compatriotes en plus de ceux de locaux et soient vigilants en matière administratives, comptables, financières et quelques autres que les membres de la communauté belge du pays ne manqueront pas de signaler surtout pour les individuels, les petites et moyennes entreprises.

  

 

Vignette: