Aéroport de Charleroi: les belges savent pourquoi12/09/2019

L’Aéroport de Bruxelles Charleroi Sud (BCSA) enregistre cet été une hausse de fréquentation de 6%. Cette année, l’avenir sourit au deuxième aéroport du plat pays.

« Plus loin que la nuit et le jour (…) »

« Voyage, voyage, sur les rives sacrées d’un fleuve indien ; voyage, voyage et jamais ne reviens », chante Desireless dans les années 1980. Voilà sans doute un rêve qui a traversé l’esprit des quelque neuf cent mille passagers qui ont transité par l’aéroport de Charleroi en juillet dernier. Et pour cause : ils étaient six fois plus nombreux cet été dans les allées de BCSA qu’à la même période l’année passée. Des chiffres dont se félicite Philippe Verdonck, le Directeur Général de l’institution : « Le premier semestre se clôture dans le vert », confie-t-il plein d’espoir à La Nouvelle Gazette. Mais vers quelles terres se dirigent donc ces voyageurs ?

A l’heure actuelle, l’Italie, l’Espagne et la France tiennent le haut du pavé, mais peut-être ces pays se verront-ils bientôt dépassés par l’Autriche ou Israël puisque l’aéroport de Charleroi s’apprête à ouvrir de nouvelles routes grâce à des compagnies comme Ryanair, Laudamotion ou Air Belgium. De tels accomplissements hissent l’aéroport de Charleroi sur le devant de la scène en matière de prouesses aériennes.

Cette hausse de fréquentation ainsi que ces nouvelles destinations résultent d’importantes transformations. L’aéroport de Charleroi n’est pas devenu une plateforme de correspondance de premier rang, un hub selon le terme consacré, par hasard.

En mai dernier, des travaux de grande ampleur ont en effet été engagés en vue d’allonger la piste jusqu’à ce que celle-ci atteigne 32 000 mètres. Cette distance gagnée vers le ciel assurera, in fine, une longueur d’avance, dans les deux sens du terme. Après deux ans et demi de travaux, l’aéroport devrait pouvoir accueillir de plus gros appareils et ainsi, organiser davantage de vols long courrier. Tout cela signifie donc toujours plus de passagers en transit via Charleroi sud d’ici 2020.

De Syldavie en Wallonie… La Belgique vers l’infini

Ces facteurs prédisent sans nul doute à l’aéroport de Charleroi un avenir radieux. Il y a presque septante ans de cela, à bord de la fusée XFLR6, Hergé embarquait déjà la Belgique sur orbite grâce à son célèbre album, Objectif lune. Cinquante-trois ans plus tard, le pays de Tintin se montre toujours avide de découvertes à l’heure où celui-ci se lance désormais à la conquête d’autres cieux. Mille milliards de mille sabords, n’ayez crainte chers lecteurs, nous ne sommes pas en Syldavie[1], cette contrée imaginaire dans laquelle se déroule la fiction d’Hergé, mais bien en Wallonie !

 

[1] L’action d’Objectif Lune se déroule dans un pays imaginaire inspiré des Balkans, la Syldavie.

 

Sources: Aéroport de Charleroi & La Nouvelle Gazette

MyBone - © Cerhum

MyBone : l’os synthétique wallon miracle 29/08/2019

La société Cerhum, associée à la société 3D-Side, révolutionne la chirurgie cranio-maxillo-faciale et...
more

(Le) Cap sur les gaufres! 06/09/2019

« Cela paraît toujours impossible jusqu’à ce qu’on le fasse », disait Nelson Mandela. Des propos qui ont...
more